Carnet de route

Pointe de Labby

Le 18/06/2011 par CHATELET Philippe

Ce week end du 18-19 juin 2011, il fallait être motivé  pour faire une course d'alpinisme. Tout d'abord, une pluie bien dense nous attendait pour la montée au refuge de la Dent Parrachée.  Profitant d'un lavoir au centre du village d'Aussois, nos 10 cafistes attendirent patiemment  que la colère du ciel prit fin, le temps de prendre le repas de midi et de déguster les cerises de Pierre Simone et Roger. 
Mais les dieux du ciel n'avait pas dit leur dernier mot : dès le soir, pendant que nos cafistes dégustaient les diots au vin blanc, ce fut la neige qui pris le relais. La lecture du bulletin météo bien que rassurante pour le soleil, comportait quelques éléments plus problématiques...  
Puis durant la nuit, il fallait un sommeil bien lourd pour ne pas entendre les rafales de vent pénétrer par le moindre interstice du refuge . 
Lorsque le gardien du refuge nous  appela à 3h30, il fallait être motivé pour quitter la couette chaude et aller affronter le vent, le froid.
Dès les premiers pas au départ du refuge, on compris que la course ne serait pas facile, et que l'objectif serait difficile à atteindre, peut être faudrait il se contenter d'aller au col de Labby : de la neige au sol, des plaques de glace  au sol, de grosses rafales de vent par moment. Mais il en fallait plus pour arrêter notre équipe de 6 alpinistes, car le ciel s'était dégagé dans la nuit. 

Conséquences de la météo des dernières heures, plus de traces.  Il fallut refaire une trace sur le glacier et tailler des pas dans la neige dure des pentes raides avant  le col de Labby. Au col de Labby, les rafales de  vent  nous attendaient. Nous décidions malgré tout de continuer notre route en direction de la Pointe de Labby. Si les premières pentes de l'antécime ne posérent pas de problèmes, un obstacle sérieux nous attendait peu avant l'antécime vers l'altitude 3450m : le couloir rocheux qu'il fallait emprunter  était en glace, donc trop risqué. On chercha bien une solution de contournement par les rochers, mais ce passage devenait trop difficile pour le groupe.  Donc nous décidions avec regret de faire demi tour si près du sommet. 
A notre retour au refuge, le gardien nous annonça que  les cordées qui tentaient la Dent Parrachée avaient aussi abdiquées au col de la Dent Parrachée. 
Malgré celà, toute l'équipe était très satisfaite de cette journée et  notamment nos 3 alpinistes débutantes (ou presque) de l'équipe ( un grand bravo à elles).         

 

   

    
     

   







CLUB ALPIN FRANCAIS MACON
78 RUE DES EPINOCHES
71000  MACON
Contactez-nous
Tél. 03 85 38 57 74
Permanences :
jeudi 20:30-22:00
Activités du club
Agenda