Carnet de route

Aiguille de Leschaux

Le 03/07/2016 par DU CLARY David

Course sur deux jours : montée au bivouac Gervasutti le 2 juillet, tentative de sommet le 3 juillet.

Organisée par les zamis du CAF Léman à Thonon-les-Bains.

Départ du Val Ferret, en face des auberges de Lavachey, lieu-dit Fédbrouze. Abondantes possibilités parking. Les auberges ouvrent tôt, on peut y faire de l'eau et y manger un morceau si affamé au départ.

Montée au bivouac Gervasutti sous la pluie et dans la grisaille. Départ à travers la forêt, suivre un maigre balisage points jaunes. A la sortie des bois les balises sont plus visibles. Traversée du torrent qui peut être difficile si la neige a fondu, nous avons eu la chance de passer sur les névés encore bien présents. Sentier bien tracé et facile à suivre qui monte raide dans la rocaille et le long des "berges" de l'ancien glacier. Un passage équipé de cordes, se grimpe facilement, se descend plus péniblement. On atteint la neige vers 2400 m et la pente s'accentue. Au pied du bivouac, pas d'escalade facile (2+ ?), équipé. Arrivée au bivouac vers midi (3:40 de montée, D+ 1200 m).

Le bivouac est tout neuf et très moderne. 12 lits, panneaux photovoltaïques donc lumière et même une plaque de cuisson ! Toilettes rustiques au nord-ouest du bivouac (une fissure dans le rocher, acrobatique). Un souci quand même de condensation... surtout quand on cuisine. L'autonomie de la plaque de cuisson est incertaine, prévoir des réchauds. Eau de fonte du névé disponible sur place.

Il pleut tout l'après-midi et une bonne partie de la nuit. Mais la météo dit "grand beau" pour demain. Au lit à 21:00. Deux alpinistes arrivent à 21:30, se sont perdus en montant (bien surveiller les balises jusqu'au torrent).

Dimanche 3 juillet : réveil à 3:00. Ciel immense tout piqué d'étoiles ! Sommes-nous bien le lendemain d'hier ? Regel très modeste durant la nuit. Départ 4:15. Nous sommes 4 : 2 cordées. Dès le début, je m'enfonce grave dans la neige pas assez dure (je pèse plus de 95 kg avec tt l'équipement). Je n'ai pas besoin de ça pour ramer... 3 heures pour monter à peine 600 m le long du glacier. Mon premier de cordée frise l'apoplexie... Et pourtant, c'est même pas très raide. Grosse rimaye à contourner dans la neige assez molle.

Panorama somptueux sur le Val Ferret, lever de soleil sur la Pte des hirondelles... Rhâââ...

A 3400 m on atteint une première barre rocheuse. Progression en crampons, facile et rapide. Je vais bien mieux que dans la neige molle. Puis on atteint le glacier suspendu que l'on remonte (aïe ! Là, c'est vraiment raide, 40 - 45° ?) jusqu'à son arête (3600 m) que nous atteignons à 9:00. Vent soutenu mais pas monstrueux. Reste le "castelletto" : la partie finale rocheuse et l'arête sommitale. Le chef de course évalue le temps de montée à deux heures. Il commence à faire vraiment chaud. Nous redescendons sans faire le sommet avant que la neige ne soit trop molle (c'est un peu ma faute car trop lent).

La barre rocheuse se désescalade facilement. Deux rappels de 60 m, le second permet de repasser sous la rimaye. Mais leur préparation prend beaucoup de temps, bien plus rapide de les éviter en désescaladant tout, y compris la pente raide au-dessus de la rimaye.

Il fait très chaud, la neige est très molle, même à 3400 m. Je m'enfonce presque à chaque pas, parfois jusqu'au genou. Bref, ça n'avance pas bien vite. Retour au bivouac vers midi, c'est noir de monde ! Récupération du matos laissé sur place le matin et poursuite de la descente sans manger... Mauvaise idée. Les 400 derniers m de névé sont pénibles (neige molle + fatigue + poids du sac + J'Ai FAIM !). Pique-nique un peu avant de retrouver la roche, puis descente rapide jusqu'au... bistrot !

CLUB ALPIN FRANCAIS MACON
78 RUE DES EPINOCHES
71000  MACON
Contactez-nous
Tél. 03 85 38 57 74
Permanences :
jeudi 20:30-22:00
Activités du club
image

Nous suivre sur Facebook

Plus d'infos
Agenda